Bonjour à toutes et tous !! Vous devez vous demander ce que je deviens. Et bien j’ai fini ma grande randonnée “La Rota Vicentina”, à son terme, à Santiago do Cacem, après 9 jours et 220 km parcourus. Mais après un changement de cap et changement de programme, j’ai décidé de ne pas continuer à cheminer vers Compostelle pour rentrer en France auprès de mon Etoile. Il faut goûter à l’absence pour mieux mesurer la présence des êtres aimés, “Un seul être vous manque et tout est dépeuplé” … Partir, seul, 1 mois me paraît désormais chose impossible …

J’ai vécu une très belle aventure sur cette magnifique côte vicentine, j’ai savouré chaque instant, chaque foulée, sur ce chemin des pêcheurs riche de paysages à couper le souffle. Sa réputation d’être l’une des plus belles côtes d’Europe n’est pas usurpée. L’enchainement de hautes falaises abruptes, entrecoupées de plages sauvages, n’a eu de cesse de m’émerveiller. Je vous souhaite de découvrir cette superbe région, à pied ou à vélo, c’est un perpétuel enchantement.

Je reviens en pleine forme, le corps tonifié par des heures de marche, les muscles débarrassés de ses toxines. Seuls les pieds ont un peu souffert, un conseil : n’oubliez pas d’acheter une boîte de “Compeed”, le produit miraculeux, la deuxième peau qui permet de couvrir les grosses ampoules !! Malgré cet inconvénient, je ne peux que conseiller vivement cet exercice, le résultat, après quelques jours est visible, notamment par la perte de bourrelets superflus !! Ce qui est bon pour le corps est bon pour l’esprit, il ne faut pas perdre de vue la nécessité d’entretenir notre “véhicule”. La “Rota Vicentina” est une randonnée physique et sportive, exigeante parfois en terme d’efforts, qui plonge le marcheur au cœur de la Nature, l’isole totalement pendant des heures. C’est un véritable bonheur de se confronter à cette solitude, à cette joie profonde qui nous envahit par instant. Se mettre en retrait est une démarche nécessaire pour se ressourcer, pour mieux poursuivre sa voie et prendre de bonnes décisions.

J’ai eu beaucoup de plaisir à revenir à Lisbonne et y passer un agréable week-end. Cette ville connaît un véritable engouement et dimanche voyait l’organisation annuelle du Marathon. Cette fois-ci j’étais spectateur. En 2012, j’essayais de finir au mieux sur un parcours difficile et très accidenté. En suivant les coureurs, je suis retourné dans le quartier de Belem, un lieu incontournable, au pied de la Tour et du célèbre monument érigé sur la rive du Tage, en mémoire des navigateurs portugais. Le pont du “25 avril” enjambe le fleuve, j’ai l’impression, un instant, de me trouver à San Francisco, face au Golden Bridge. Belem, par son atmosphère, est l’endroit à ne pas louper si vous venez à Lisbonne. Vous pourrez aussi, à l’occasion, déguster les “Pasteis de Nata”, délicieuses pâtisseries, à condition d’être patient, car il y a foule devant la boutique.

Je suis rentré lundi soir, heureux de mon parcours et de ma visite au Portugal, que j’adore. Dans quelques jours, nous reprendrons, avec Elena, nos sacs, à destination de Delhi. Nous retournons à Dharamsala, “Le Petit Tibet”, pour 2 semaines, pour une pause d’enseignements, de lectures et de méditation. Rien n’arrive comme prévu, la vie, en permanence, est faite de changements. Nous devons nous laisser porter et écouter notre coeur. L’Amour guide nos pas.

A bientôt, portez-vous bien.

Le Bonheur ne vaut d’être vécu que s’il est partagé

Jon Krakauer, Ecrivain