J’aurais également pu ajouté au titre Mingyur Rinpoche. C’est en effet pour suivre les enseignements de mon Maître Tibétain que je suis venu à Katmandou.

J’entame ma dernière semaine de séjour qui restera dans ma mémoire comme une nouvelle expérience de vie.

Brièvement, je vais toutefois commencer par vous raconter une nouvelle anecdote dont j’ai le secret. Comme vous le savez j’ai beaucoup de talent pour louper les avions. Vous allez sans doute vous demander si je ne le fais pas exprès, mais croyez moi ça m’est encore arrivé cette fois-ci !

De Moscou, je ne connais à ce jour que l’aéroport. Une courte escapade en amoureux et la visite de la capitale russe était inscrite au programme de ce voyage. Avec Elena, nous nous étions donné rendez-vous pour y fêter mon anniversaire : une escale heureuse sur ma route vers le Népal.

Mais ça c’était le projet avant ….. la grosse “boulette” …. quand une sympathique hôtesse d’Aeroflot a fait un appel quelques minutes avant l’embarquement. M. Franck Trouvé est prié de se présenter …. et là tout d’un coup, ce qui était un merveilleux rêve … s’écroule ! Une nouvelle fois, l’évidence de l’impermanence et de …. ma …. je n’ai pas de qualificatif. Enfin, bref, j’ai “zappé” le visa ! Si, si, encore ! Pas de visa, pas d’avion ….

La vie est sans cesse un enseignement. Il faut ce type de circonstance pour évaluer sa capacité à assumer et à relativiser. A quoi bon se plaindre, en vouloir aux autres, maudire la terre entière, ou pleurer sur son sort avec des “j’ai pas de chance” ou “c’est la faute à …”. La vie est un cadeau ou ….” une boîte de chocolats, on ne sait jamais sur quoi on va tomber !” disait la Maman de Forrest Gump. Et j’ai la chance de partager la mienne (ma vie, mais aussi le chocolat !!) avec une femme à l’humeur optimiste et enjouée. Donc, pas de problème, nous retournerons une prochaine fois à Moscou.

Je connais maintenant particulièrement bien l’aéroport de Roissy et de mieux en mieux celui de Moscou. J’y ai passé dans ce dernier un anniversaire inspirant, sans bulles et sans excès ! Car avec tout ce temps de libre, j’ai eu la joie de faire la rencontre de Spinoza ! … et quelle belle rencontre !

Bruno Giuliani, à travers son livre “Le Bonheur avec Spinoza”, m’a fait découvrir celui qui passe pour être le plus grand philosophe de l’Occident. En l’espace de quelques jours, je suis tombé en admiration devant la clarté et la sagesse de “L’Ethique”, son œuvre majeure, véritable guide spirituel pour nous conduire sur le chemin du Bonheur. Il nous intime à nous changer, à nous transformer, afin de nous rendre libres et heureux. Je comprends Frédéric Lenoir qui en parle comme d’un ami proche et pour lequel il a eu un véritable coup de foudre. Dans un élan passionné, j’ai également beaucoup aimé son livre “Le Miracle Spinoza” dans lequel il nous raconte la vie de ce sage du 17ème siècle, précurseur d’une philosophie fondée sur le désir et la joie, dont le message apparaît si contemporain.

La pensée de Baruch Spinoza, ô combien proche de celle du Bouddhisme, est enthousiasmante et nous entraine joyeusement à vivre mieux. L’ignorance est la source de nos maux et la connaissance nous ouvre la voie au changement, à l’action et à la liberté. Il place la raison au cœur de sa philosophie, tout a une cause, à nous de comprendre, sans juger, sans succomber à nos émotions destructrices : “Je déclare l’homme d’autant plus en possession d’une pleine liberté, qu’il se laisse guider par la raison”.

Ces deux lectures sont arrivés au bon moment, comme une évidence, une nécessité, un riche complément aux enseignements de Mingyur Rinpoche (photos & lien ci-dessous). Tout est lié, il n’y a pas de hasard, écrit Spinoza. Dans son œuvre, il est beaucoup question d’Amour : de soi, des autres, de la Vie, de la Nature ou de Dieu, selon le vocabulaire de chacun, et qui ne sont qu’une seule et même chose. L’Amour qui nous amène à faire l’expérience humaine de la divinité. Le Tout est Un ou le Un est Tout : “Notre esprit se ressent alors comme éternel et il perçoit qu’il est Dieu à travers une de ses manières d’être”.

Comme l’écrit Frédéric Lenoir : il n’y a pas de miracles, mais il existe un Miracle Spinoza. Il n’est jamais trop tard pour apprendre et se développer, dans la volonté et la discipline d’un changement heureux et salutaire. Spinoza nous donne des réponses éclairées, une voie et un exemple à suivre. Il a vécu constamment dans la Joie jusqu’à sa mort, à 45 ans, après avoir combattu la tuberculose pendant une grande partie de sa vie. Sa philosophie nous enseigne à mener une vie sage et heureuse, dans la recherche de ce qui nous est utile, dans la conscience de Soi, de la Vie et des choses. Elle nous éclaire pour jouir du plus parfait Bonheur.

Ma “retraite” à Katmandou a donc été riche et inspirante en tous points. Il est toujours bon de prendre du recul, d’apprendre, de méditer. Je mesure le chemin parcouru mais aussi celui qui reste à parcourir. La tâche est ardue mais essentielle.

Je rentre confiant, heureux de retrouver mes proches, ma famille, mes ami(e)s, et la Femme que j’aime.

J’ai mes billets, mon passeport …

A bientôt, portez-vous bien !

Ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester, mais comprendre.

La Joie est le passage d’une moindre à une plus grande perfection.

Les âmes ne sont pas vaincues par les armes, mais par l’Amour et la générosité.

Baruch Spinoza

Deux êtres qui se perçoivent en percevant leur essence divine et en éprouvant cet Amour réalisent dans leur communion la plus grande épiphanie qui soit de la Vie.

Ils réalisent l’union sacrée en Dieu et leur amour de couple divin devient parfait.

Baruch Spinoza

Tergar Meditation Community