Voilà c’est fini !! quel week-end et quelle merveilleuse course. Amsterdam mérite d’être dans le top 10 des plus populaires et réputés marathons. Je conseille vivement de venir courir dans cette très belle ville, accueillante et verdoyante.

Du début à la fin nous sommes portés par la foule, les orchestres et la beauté des paysages, notamment la partie du parcours qui longe la rivière Amstel. L’ambiance est très festive et joyeuse, le Marathon est avant tout un grand moment de fraternité et de communion entre tous les participants (environ 16000), venus des 4 coins de la planète.

J’ai eu la chance d’être en bonne forme dès les premiers kilomètres avec des sensations agréables et un corps qui réagissait parfaitement à l’effort. Lenachka m’a par ailleurs préparé au mieux, avant le départ, avec des massages appropriés qui se sont avérés très efficaces et utiles dans les instants critiques de la fin de l’épreuve.

Amsterdam est roulant (heureusement), le record a d’ailleurs été battu pour cette édition par Lawrence CHERONO en 2h05’09. C’est beaucoup plus agréable de courir sur le plat et de ne pas rajouter de souffrance supplémentaire à la peine.

Je suis heureux de mon résultat en 4h11’46, en 20ans je n’ai pas trop perdu …. L’entraînement s’est avéré suffisant malgré une fin laborieuse, les deux derniers kilomètres ont été longs et … plus lents, c’est là qu’il faut puiser les dernières ressources et ne pas faiblir mentalement, y croire jusqu’au bout. L’arrivée dans le stade olympique fait tout à coup oublier les douleurs, c’est un moment de joie intense et tant attendu, que j’ai fêté avec une bonne bière (en fait 2) !!

Je suis (presque) prêt à recommencer. Je vais tout d’abord récupérer et savourer cette expérience. J’ai adoré le retour à l’hôtel et notre menu improvisé : camembert « Le Rustique » et Cabernet Sauvignon !! c’est aussi ça le Marathon, se faire plaisir et apprécier la vie.

Merci à Elena pour ses encouragements enjoués et bienvenus, nos rendez-vous aux 27ème et 32ème kilomètres ont été sources de bonheur et de réconfort. La présence de proches sur le parcours s’avère véritablement déterminante.

Par la pensée, j’ai vécu cette épreuve accompagné, je n’étais jamais seul, on peut emmener tellement de personnes avec soi. Je dédie cette course à celles et ceux que j’aime et qui m’entourent chaleureusement.

A bientôt, portez-vous bien !!