Heureux de revenir à VARANASI et d’être à nouveau sur les “Ghats”, ces grandes berges de pierre qui dominent de leurs imposantes marches le majestueux Gange, le fleuve sacré des hindous. L’ambiance est ici particulière, empreinte de mysticisme et de religiosité, la ville sainte, dédiée au dieu Shiva, attire toujours autant de pèlerins et de voyageurs. C’est aussi à VARANASI que de nombreux hindous choisissent de venir mourir dans l’ultime but de mettre fin au “Samsara”, le cycle des renaissances successives. Les bûchers sur “Manikarnika Ghat” et “Bharatmata Mandi’ attestent de l’activité soutenue des crémations, qui se succèdent continuellement de jour comme de nuit. Les feux, ici, ne s’arrêtent jamais, venant nous rappeler que notre monde n’est qu’impermanence, les cendres des morts emportées dans les eaux troubles du Gange.

Depuis le balcon de notre guesthouse, à Assi Ghat, nous sommes aux premières loges. Avant même le lever du soleil, le quartier s’anime et les haut-parleurs, dès 5h00 (VARANASI s’éveille !), diffusent chants et prières en hommage au fleuve, mettant ainsi un terme au concert nocturne des chiens errants. Paradoxalement, l’habitude aux bruits se fait rapidement en Inde où il reste difficile d’imaginer des nuits au calme. 7h00, les cours de yoga débutent à leur tour, la sono n’a pas le temps de refroidir. Les mouvements et les postures s’enchainent sur le parvis du temple, tandis que les camelots s’installent dans la ruelle. La circulation s’intensifie, on entend plus les chiens, partis se coucher à l’ombre des arbres. Les klaxons prennent le relais et les vaches se fraient un chemin. Tuk-tuk, rickshaws, motos et vélos rentrent dans une danse infernale, soulevant des nuages de poussière. Il ne fait que 26, 27° (chaud pour la saison), j’imagine que l’air doit être suffocant au cœur de l’été.

A toute heure Le Gange offre un spectacle unique, mais c’est surtout aux aurores, à bord d’une barque, que l’on peut admirer (à distance) les ablutions rituelles pratiquées par les hindous. La foi en cette pratique de purification est plus forte que le risque encouru à s’immerger dans des eaux hélas (hyper) polluées. En fait seule la pensée occidentale analyse la situation sous cet angle. Ici, l’eau du Gange est pure et c’est ça le plus important. La vie sur les «Ghats » et l’observation du quotidien des indiens participe grandement à la magie qu’opère cette antique cité sur les voyageurs et les touristes. Parant les façades des palais délabrés de couleurs chaudes, le soleil s’élève doucement dans toute sa splendeur. Emouvants instants, sans cesse renouvelés, un nouveau jour commence, des milliers d’oiseaux migrateurs (venus tout droit de Sibérie !) tournoient dans le ciel. C’est bon d’être là tout simplement et d’apprécier.

Ce soir débutent les festivités de « Maha Shivaratri », processions et cérémonies religieuses en l’honneur de Shiva vont se succéder en cette fin de semaine. Une chance supplémentaire de se trouver à VARANASI pour vivre cet évènement important de la religion hindouiste et participer à la ferveur populaire.

Prochaine étape du voyage : BODHGAYA, un autre lieu sacré, cher aux Bouddhistes.

A bientôt, portez-vous bien !!